Faire un peu plus de la même chose pour amplifier le problème?

La genèse d’un problème

Le Modele de Palo-Alto ainsi que la PNL nous ouvre à une réflexion pour mieux appréhender le mécanisme des problèmes d’ordre humain.

John Grinder, co-fondateur le la PNL (Programmation-Neuro- Linguistique) affirme, en effet, que « un peu plus de la même chose » (nos comportements, notre communication verbale, non verbale) qui génère un problème (un conflit, une peur, …) a pour effet de cristalliser la difficulté qui devient alors un problème important.

L’effet collatéral est que naturellement, nous nous sentons mal au plan émotionnel :  nous perdons alors nos moyens cognitif, et même physique pour avoir accès à nos ressources dont nous avons alors le plus grand besoin et qui permettraient d’envisager une solution. Nous ne prenons pas le temps de la réflexion, nous nous accusons, nous accusons l’autre de tous nos maux.

Faire peu plus même chose pour amplifier problème?
la double peine: Un peu plus de la même chose  amplifie le problème et nous fait perdre nos moyens

 

 

 

Flexibilité, créativité demandent de la détente, du bien-être ou tout au moins de la prise de recul.

paul watzlawick, membre fondateur de l’École de Palo Alto a écrit un livre tout-à-fait intéressant à ce sujet :  Comment faire son propre malheur »

Son éditeur introduit ainsi cet ouvrage : Vivre en conflit avec le monde et, en particulier, avec les autres hommes, voilà qui est à la portée du premier venu, mais sécréter le malheur tout seul, dans l'intimité de son for intérieur, c'est une autre paire de manches. 
On peut toujours reprocher son manque d'amour à un partenaire, attribuer les pires intentions à un patron ou mettre sa propre mauvaise humeur sur le compte du temps qu'il fait - mais comment s'y prendre pour faire de soi-même son pire ennemi ?
Nous devenons en effet peu ou prou notre meilleur ennemi !
 
Portia Nelson,  actrice américaine, nous propose un magnifique poème qui illustre parfaitement notre propension à nous rendre malheureux à notre insu… mais nous invite aussi à envisager une sortie de cette impasse: 
 
AUBIOGRAPHIE EN 5 ACTES (Poème de Portia Nelson)
 

1. Je marche dans la rue. 
Sur le trottoir, il y a un grand trou. 
Je tombe dans le trou. 
Je suis perdu… désespéré. 
Ce n’est pas ma faute. 
Cela me prend une éternité pour en sortir. 
2. Je marche dans la même rue. 
Sur le trottoir, il y a un grand trou. 
Je prétends que je ne le vois pas. 
Je retombe encore dedans. 
Je n’arrive pas à croire que je me retrouve de nouveau dans ce trou. 
Mais ce n’est pas ma faute. 
Et de nouveau, cela me prend longtemps pour en sortir. 
3. Je marche dans la même rue. 
Sur le trottoir, il y a un grand trou. 
Je vois le trou. 
Je tombe encore dedans. C’est devenu une habitude. 
Mes yeux sont grands ouverts. 
Je sais très bien où je suis. 
C’est ma faute. 
J’en sors rapidement. 
4. Je marche dans la même rue. 
Sur le trottoir, il y a un grand trou. 
Je le contourne. 
5. Je marche dans une autre rue. 

Des solutions stratégiques : Sortir du cadre, sortir de notre routine.

Contourner, trouver une autre rue. Certes !

Mais nous avons parfois beaucoup de difficultés à trouver cette « autre rue ». Solliciter une aide peut se révéler nécessaire.

C’est le rôle du thérapeute, du coach qui nous permet d’entrer dans une démarche créative. Créativité qui était resté bloquée faute de pouvoir prendre un peu de hauteur.

Cesser de tomber dans le trou : Y penser avant, anticiper , être créatif  ? Ne pas se perdre dans nos labyrinthes?

Faire peu plus même chose pour amplifier problème?

 

Altreya-Formation vous propose une formation au « Modele interactionnel de Palo-Alto Accompagner le changement »

Cette formation concerne les personnes conduites par leurs fonctions à soutenir une personne ou un groupe rencontrant des difficultés d’orde humain. elle s’adresse aux professionnels de la relation d’appui, les fonctions RH, les coaches internes ou externes, formateurs, tuteurs… Ainsi que les personnes souhaitant s’orienter ou se réorienter dans ces fonctions.